Déconfiné.e.s

Au sortir de ces deux mois de confinement, nous avons repris la rue à Paris, Marseille, dans les Côtes-d’Armor et aillleurs pour diffuser nos feuilles et leurs messages émancipateurs et pour défendre la vision d’un monde juste et solidaire.

Le 30 mai, malgré l’interdiction de la préfecture de police, des milliers de sans papiers se sont rassemblé place de l’Opéra à Paris et ont défilé jusqu’à la place de la République : ils sont nombreux à Paris à travailler pour des salaires de misère. Ce jour-là, et pour la première fois, nous avons donné les quelques feuilles jaunes que nous avions apportées et nous avons eu la joie de voir les manifestants sans papier les lire avec curiosité, avant de les brandir fièrement à bout de bras levés.

Nous étions présents le 3 juin à l’appel du comité Vérité pour Adama pour demander justice et vérité pour les victimes des violences policières et dénoncer le racisme. Au vu de quelques réactions désagréables (sur les réseaux sociaux) à propos de la présence de notre collectif lors de ces rassemblements, nous rappelons que notre principal problème n’est pas l’Autre, « l‘étranger », mais l’accumulation des richesses dans les mains de quelques-uns , que le rôle de la police n’est pas de tuer et qu’être présent.e.s dans ces manifestations permet d’y diffuser les messages politiques de nos feuilles jaunes.

Dans les Côtes-d’Armor le collectif a aussi repris la diffusion lors des manifs et rassemblements contre les violences policières et à Rennes pour la manif du 16 juin du personnel soignant.

À Marseille, nous avons repris la rue les 2, 6 et 13 juin lors des manifestations contre les violences policières et le racisme systémique, qui ont rassemblé beaucoup de monde et d’énergies. Nous avons diffusé le hors-série Femmes à l’occasion de la journée de mobilisation féministe nationale le 8 juin, “Fortes, fières, masquées et en colère”, appelée par plusieurs collectifs pour un déconfinement féministe. Et nous étions aussi présent.es avec nos feuilles jaunes lors de la manifestation de soutien aux soignant.es du 16 juin, ainsi qu’à la marche pour la régularisation des sans-papiers le 20 juin.

A Paris nous avons bien-sûr rejoint les rassemblements hebdomadaires de soignant.e.s, au côté des personnels des hôpitauxTenons, Saint-Louis et Robert Debré, ainsi que les manifestations qui rassemblent plus largement les personnels hospitaliers et les travailleurs du soin public ou privé. Nous serons d’ailleurs demain à 14h au départ du cortège “Public/Privé pour une santé de haut niveau”.

Dons solidaires

Nous versons ce jour 1500 euros pour la caisse de défense collective d’Ile-de-France et 1500 euros pour l’association Hand-Social crée par la Toulousaine Odile Maurin, gilet jaune militante pour le droit des personnes handicapées, condamnée vendredi 6 décembre après-midi, à Toulouse, à deux mois de prison avec sursis et un an d’interdiction de manifester pour avoir soi-disant volontairement percuté deux policiers avec son fauteuil roulant électrique. Soit un total de 23000 euros donnés depuis le début de l’aventure Plein le dos. Le détail ici.

Nous avons repris la publication des photos sur ce site. Afin d’être en mesure de poursuivre l’aventure, nous comptons sur vous pour nous envoyer les messages de dos photographiés partout en France lors des manifestations à photo@pleinledos.org en précisant la date et la ville : nous pourrons ainsi les archiver et continuer les impressions et la diffusion.

A demain pour la suite !

Le collectif Plein le dos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *